Nouveau-né… de la collaboration

L’écho de la Baie, 25 novembre 2007
Hug Arsenault, Bonaventure

Nathalie et moi avons choisi de donner naissance à la maison avec une sage-femme, même si ce service n’est pas officiellement offert dans notre région. Nous avons fait appel à Monique Paré de Saint-Siméon. Comme bien d’autres Gaspésiennes, son travail la pousse à s’exiler hors de la région pour de longues périodes. Le suivi de grossesse fut donc possible grâce à la collaboration du Dr Paula White de New-Richmond. Elles ont convenu d’un calendrier de suivi et il fut fascinant de voir ces deux différentes approches se partager cette tâche et de voir ces deux praticiennes parler le même langage et se passer la balle en toute harmonie.

Le grand jour arrivé,  le travail s’est fait à la maison, tel que prévu, puis le progrès s’est arrêté à 6cm.  Puis, après 7 heures de travail sans progrès, nous avons transféré à l’hôpital de Maria. Là, la collaboration devint un vrai travail d’équipe. Premièrement, le transfert en ambulance a fait descendre le bébé et la dilatation est passée de 6cm à 9cm. C’est alors l’ambulancier qui assistait la sage-femme. Puis à l’hôpital, les deux équipes ont fusionné : Nathalie et moi, nos trois accompagnantes, la sage-femme, les deux infirmières et le médecin de garde, Dr Micheline Desgagné. Tous travaillant en synergie, dans un respect mutuel, c’était de toute beauté. Nous avons pu constater que la pratique à l’hôpital de Maria est d’une grande qualité humaine. Lou Anne est née naturellement pendant la tempête du dimanche 4 novembre.

Notre histoire déborde un peu du cadre de fonctionnement prévu et elle fut possible grâce à la belle ouverture du personnel médical et à la collaboration de chacune. Nous en sommes très reconnaissants. Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude pour l’assistance et les excellents soins reçus de toutes parts et  un immense merci à notre sage-femme qui a si généreusement accompagné la naissance d’un enfant et aussi la naissance d’un papa et d’une famille. Monique est une ressource inestimable et actuellement, elle dessert les Inuits du Nunavik. Mais elle pourrait très bien desservir nos familles  gaspésiennes, gratuitement, et sans tricoter comme nous l’avons fait.

 Retour aux témoignages

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s